des traces du logiciel espion retrouvées sur le téléphone d’une journaliste russe

L’iPhone de Galina Timchenko, cofondatrice du site d’information russe Meduza, a été infecté par le logiciel espion Pegasus, révèle une enquête de l’ONG Access Now et du laboratoire de recherche canadien Citizen Lab, publiée mercredi 13 septembre. Réalisées au cours de l’été après une alerte envoyée en juin par Apple à la journaliste russe, les investigations ont montré que celle-ci a été ciblée par l’outil d’espionnage israélien en février, alors qu’elle était en déplacement à Berlin, en Allemagne.

Pegasus est un logiciel très puissant, développé par la société israélienne NSO Group, capable d’aspirer toutes les données d’un téléphone, y compris les messages échangés par des applications sécurisées comme WhatsApp ou Signal. C’est la première fois qu’est rendu public le ciblage d’un ou une journaliste russe par le logiciel de la firme NSO.

Fondé en 2014 par Galina Timchenko et Ivan Kolpakov, basé à Riga (Lettonie), Meduza est officiellement considéré comme hors-la-loi en Russie depuis le mois de janvier, à cause notamment de ses prises de position critiques vis-à-vis de la guerre en Ukraine et plus généralement du régime de Vladimir Poutine.

L’enquête ayant permis de découvrir les traces du logiciel espion n’a toutefois pas permis d’établir avec certitude le commanditaire. Dans leur rapport, Access Now et le Citizen Lab citent ainsi la Russie dans la liste des principaux suspects, mais aussi ses alliés (Azerbaidjan, Kazakhstan, Ouzbékistan) ainsi que l’Estonie, l’Allemagne et la Lettonie, tous trois considérés comme de potentiels clients de NSO.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Pegasus est l’arme de cybersurveillance la plus puissante du marché » : les extraits du livre-enquête sur le logiciel espion

Le Monde