selon Israël, 200 camions d’aide humanitaire sont entrés dans la bande de Gaza ainsi que 4 camions d’essence et 4 citernes de gaz

Image de couverture : Des camions transportant de l’aide humanitaire entrent dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah, à la frontière égyptienne, le 24 novembre 2023. MOHAMMED ABED / AFP

  • La trêve des combats entre Israël et le Hamas est entrée en vigueur vendredi 24 novembre à 7 heures, heure locale (6 heures, heure de Paris), et 24 otages ont été libérés : treize Israéliens, dix Thaïlandais et un Philippin. Parmi les otages israéliens se trouvent quatre enfants, dont un âgé de 2 ans, et six femmes de plus de 70 ans.
  • Benyamin Nétanyahou, le premier ministre israélien, a affirmé que lui et son gouvernement étaient « déterminés à ramener tous [les] otages » entre les mains du Hamas. L’armée estime à environ 240 le nombre de personnes enlevées par le mouvement islamiste armé le 7 octobre.
  • Trente-neuf prisonniers palestiniens, des femmes et des mineurs, ont été libérés de prison vendredi par les autorités israéliennes en échange des otages israéliens libérés par le Hamas, a rapporté vendredi à l’Agence France-Presse (AFP) le Club des prisonniers, une ONG qui défend les prisonniers palestiniens, confirmant une annonce du Qatar plus tôt dans la journée.
  • L’accord conclu mercredi entre le gouvernement israélien et le groupe islamiste prévoit l’échange de cinquante femmes et mineurs détenus par le Hamas contre des prisonniers palestiniens, ainsi qu’« une accalmie des combats » durant quatre jours.
  • La France a salué dans un communiqué du ministère des affaires étrangères la libération des premiers otages. « La France est mobilisée pour la libération d’otages français dans le cadre de l’accord en cours de mise en œuvre », martèle le court texte. Ce dernier rappelle par ailleurs le souhait exprimé à plusieurs reprises par la ministre Catherine Colonna d’une trêve « durable, soutenue », jusqu’à « conduire à un cessez-le-feu ».
  • La trêve a permis l’entrée dans la bande de Gaza de 200 camions d’aide humanitaire, de quatre camions d’essence et de quatre citernes de gaz « pour la cuisine », a précisé vendredi soir le Cogat, l’organe du ministère israélien de la défense supervisant les activités civiles dans les territoires palestiniens.
  • Le gouvernement du Hamas a annoncé mercredi que 14 854 Palestiniens avaient été tués par les bombardements israéliens sur Gaza depuis le début de la guerre. Parmi les morts recensés à ce jour figurent 6 150 enfants, a précisé le gouvernement du Hamas. En outre, 36 000 personnes ont été blessées, d’après la même source.

Retrouvez notre précédent direct en cliquant sur ce lien.

Lire tous nos articles sur la guerre entre Israël et le Hamas

Récit. Les premiers otages israéliens libérés devraient être répartis dans six hôpitaux

Tribune. Libération des otages du Hamas : « Une situation aussi déchirante sur le plan éthique n’a pas vraiment de précédent »

Décryptage. En Israël, l’accord avec le Hamas ne fait pas l’unanimité

Entretien. Yagil Levy, sociologue : « Le système politique d’Israël est complètement paralysé »

En cartes. La trajectoire de Yahya Sinouar, du camp de réfugié de Khan Younès aux commandes de l’attaque du 7 octobre

Grand format. Deux familles dans le fracas de la guerre

Récit. La Palestine, patrie introuvable de la famille Redwan

Décryptage. Le Qatar, acteur-clé dans les discussions entre Israël et le Hamas